Ahmed Hamza Copyright DR

Ahmed Hamza n’est plus membre du Rassemblement des Forces Démocratique (RFD), depuis ce jeudi 26 juillet 2018. Dans sa lettre de démission dont LeReflet.NET a obtenu copie, l’ex patron de la Communauté Urbaine de Nouakchott tourne la page RFD en ces termes « j’ai décidé, en toute âme et en toute conscience, de quitter, sans tambour, ni trompette et sans ambages, le RFD. » Ould Hamza ne dit cependant pas de quoi sera fait son avenir politique. 

C’était dans l’air. La démission du très populaire Ahmed Hamza du RFD avait été évoquée par les médias à plusieurs reprises. C’est désormais chose faite. Dans une lettre en bonne et due forme adressée à Ahmed Daddah,  Président du RFD, il officialise son départ et s’explique. La dégradation de la relation entre les deux Ahmed a eu raison de son appartenance à ce parti. Hamza le souligne d’ailleurs ainsi « j’ai senti, avec amertume que, depuis un certain temps, je devenais, de plus en plus, un problème pour Vous ». Le « Vous » ici fait référence à Ahmed Ould Daddah.

Ses arguments

Dans sa lettre, Ahmed Hamza évoque trois raisons principales, qui ont motivé sa décision. Il s’agit, tout d’abord du souci du démissionnaire « de conserver avec Vous, Monsieur le Président, les meilleures relations personnelles d’estime et de respect, à défaut de pouvoir continuer à entretenir avec Vous des relations politiques exemplaires », souligne Ahmed Hamza.

Ahmed Hamza

Ensuite, il refuse « d’être comptable, à quelque degré que ce soit, de la gestion des futures élections dans le pays et de leurs résultats pour le RFD ». Hamza faut-il le rappeler, a toujours estimé que le parti n’est pas prêt pour les échéances électorales prochaines.

Dans ce sens, Hamza martèle que le RFD pourrait, malheureusement, perdre son leadership politique historique, au cours de ces scrutins. D’aucun estime que ce leadership a déjà été perdu à la suite du boycott des législatives de 2013, au profit de Tawassoul.

Le « non rajeunissement du Directoire du parti », c’est la troisième invoquée par Ahmed Hamza dans sa lettre adressé à Ahmed Ould Daddah. Ce dernier point, selon certains observateurs, est l’élément principal qui a éloigné les deux Ahmed progressivement. Mais Hamza se défend d’être derrière « les rumeurs réclameraient le renouvellement et l’alternance au niveau du parti ».

Épilogue

Comme indiqué plus haut, la démission d’Ahmed Hamza vient mettre fin à deux ans de relations tendues. On a eu échos à plusieurs reprises de ses coup de gueule à l’occasion des réunions du Directoire du Parti. Dans le texte qu’il a signé, Ahmed Hamza avec sa franchise habituelle, confie s’être senti marginalisé. Aussi, sa position en faveur du dialogue avec les autres parti d’opposition et son opposition à la radicalisation du parti. Pour lui, « tout cela était contre productif ».

Hamza Président?

Que fera Ahmed Hamza maintenant? Il faut noter qu’il a refusé de briguer un siège d’élu à l’occasion du scrutin de septembre prochain, sous les couleurs du RFD. Il semble difficile de le voir candidat sous les bannières d’une autre formation politique. Par contre, il n’est pas impossible qu’il se présente à la présidentielle de 2019. En 2014 déjà, on l’annonçait candidat à la magistrature suprême. Les semaines et mois à venir nous en diront certainement plus.