L’examen du baccalauréat a démarré ce lundi 18 juin 2018, sur toute l’étendue du territoire mauritanien. Cette année, ils sont 50045 candidats à tenter de décrocher le diplôme sanctionnant la fin des études du second cycle du secondaire. Parmi eux, 24482 sont des filles, soit un taux de 49%. C’est parti pour quatre jours !

C’est le moment de vérité des milliers de lycéens de Mauritanie. Repartis dans les séries : lettres modernes, lettres originels, technique, sciences naturelles et mathématiques, ils sont plus de cinquante milles à concourir dans 132 centres d’examens dont 71 situés à Nouakchott. A Nouakchott, les abords des salles sont bondées de monde et la circulation bloquée au passage.

Échec constant 

 S’il est vrai que le baccalauréat est l’examen le plus attendu de l’année, il est également celui qui enregistre le plus faible taux d’admission. Sur les cinq dernières années, il a stagné en dessous de cinq pour cent (5%). Ce, malgré le fait que près de la moitié des admis, le sont en session complémentaire et avec des moyennes plus que basses.

Tricherie 

Soulignons au passage que les autorités ont décidé de couper la connexion mobile (3G) pour empêcher la tricherie. Selon des observateurs, ceci est une peine perdue. En effet, les surveillants sont souvent accusés de faire preuve de laxisme dans la surveillance voire d’être de connivence. Les résultats sont attendus vers la fin du mois de juin courant.