Les choses se précisent du coté de Burkina Faso, dans la capitale. L’assaut mené par les forces spéciales burkinabè au restaurant Aziz Istanbul, situé sur l’avenue Kwamé Nkrumah, à Ouagadougou, a pris fin. En effet, des hommes armés s’en étaient pris au restaurant et à ses clients, dimanche 13 août 2017, à 21 heures. Il n’y a plus de doute. Selon les autorités burkinabè, il s’agit bien d’une «attaque terroriste». L’identité de la plupart des victimes a été dévoilée.

Ça y est. L’assaut contre les assaillants du restaurant Aziz Istanbul, à Ouagadougou, est arrivé à son terme, tôt le matin du lundi 14 août. Les deux assaillants qui étaient retranchés dans le restaurant sont mis hors d’état de nuire, à jamais. Le bilan s’est élargi à 20 morts, assaillants compris.  Il est aussi question de plusieurs blessés dont trois gendarmes. L’un d’eux serait dans un état critique. « Il doit être admis au bloc opératoire » rapporte le site d’information Burkina 24.

Huit étrangers parmi les victimes

On compte sept burkinabè et huit étrangers parmi les victimes, dont un Français, une Canadienne, un Sénégalais, un Nigérian, un Libanais, un Turc et deux Koweïtiennes », a précisé le ministre des affaires étrangères burkinabè, Alpha Barry. Cependant, trois autres victimes restent à identifier. Les gouvernements turc et français ont déjà réagi et appelé leurs ressortissants à faire preuve de vigilance en s’éloignant de la zone pourtant quadrillée par les forces armées et de sécurité burkinabè, apprend-t-on.

Le président du Faso condamne…

Le Président du Faso, Rock Marc Christian Kaboré, a condamné «  avec la plus grande énergie » un « attentat ignoble qui a endeuillé Ouagadougou ». Il a présenté ses condoléances aux familles des victimes et souhaité un prompt rétablissement aux blessés, sur son compte twitter.

Le président a également salué « la bravoure des forces de défense et de sécurité dont l’engagement a permis de neutraliser les terroristes », avant de rajouter « La lutte contre le terrorisme est un combat de longue haleine. C’est pourquoi, j’en appelle à la vigilance, à la solidarité et à l’unité de toute la Nation pour faire face à la lâcheté de nos adversaires »

Scénario

D’après des témoins, c’est aux environs de 21 heures que des hommes armés de kalachnikovs ont débarqué d’une moto (d’autres sources parlent de 4×4 et de quatre  assaillants) devant le restaurant. Puis ils se sont mis à tirer sur des clients au rez de chaussé. Plusieurs d’entre eux courent se réfugier dans l’immeuble du restaurant avant de sortir par une porte dérobée. D’autres pris en otages, dans l’immeuble, ont été relâchés, a déclaré le ministre de la communication du Faso, Remis Dandjinou.

Lire aussi >>> Nouvelle attaque terroriste à Ouagadougou

Le Burkina Faso n’en est pas à sa première attaque « jihadiste ». Depuis 2015, le pays est dans le collimateur des groupes terroristes. Il faut dire que le  pays des hommes intègres fait partie du G5 Sahel qui mène une lutte sans merci contre les groupes terroristes. Ce qui vient de se passer au restaurant Aziz Istanbul ne  diffère en rien à l’attentat de janvier 2016, au café capuccino, qui a fait pas moins de trente morts et soixante onze blessés. Il avait été revendiqué par al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Notons qu’il y a un mois, l’armée malienne signalait un accrochage avec des « ennemis de la paix » près de sa frontière avec le Burkina Faso. L’attaque de dimanche n’a pas encore été revendiquée et les assaillants n’ont toujours pas été identifiés par les autorités burkinabés.

       Toute reprise de l'article, devra faire mention 
de la source (LeReflet.NET) avec le lien original de l'article.