La Mauritanie devra « présenter une requête de réadmission », à la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). C’est ce que ressort du 51e sommet de la CEDEAO, qui s’est tenu dimanche à Monrovia, au Liberia. La Mauritanie qui avait postulé pour « un accord économique », devra attendre l’année prochaine. 

Le dernier sommet de la CEDEAO a riches en événements. D’abord, Benjamin Netanyahu était présent au sommet, ensuite la Tunisie a été admise comme membre observateur et le Maroc obtient un accord de principe pour « intégrer l’organisation » tandis que la Mauritanie est recalée.

Au motif que la Mauritanie est un ancien, la CEDEAO demande à la Mauritanie de faire une « requête de réadmission » en bonne et due forme. En effet, la Mauritanie  avait quitté l’organisation ouest-africaine, en 2000 pour pour se « consacrer à l’Union du Maghreb Arabe ».

Dix sept après cette sortie, la Mauritanie semble regretter cette décision. Rendez vous au mois de décembre à Lomé au Togo, pour le prochain sommet. Ce sera tout, sauf facile, avec l’ombre du Maroc qui plane désormais sur la CEDEAO.