La deuxième édition du Challenge Startupper de l’année par Total démarre ce mardi 9 octobre 2018. L’annonce a été faite hier, par le directeur général de Total Mauritanie, Grégory POETSCHKE au cours d’une conférence de presse à Nouakchott. Selon le géant pétrolier, le challenge récompensera de jeunes entrepreneurs locaux, ayant un projet ou une entreprise créée depuis moins de deux ans. Ce, peut importe le secteur d’activité. 

Selon M. POETSCHKE, les projets qui seront soumis entre le 9 octobre le 13 novembre 2018, seront évaluées suivant trois critères. Il s’agit d’abord de leur caractère innovant, ensuite leur impact social et sociétale et enfin leur faisabilité et potentiel de développement. Voila en somme, les indicateurs qui permettront de sélectionner 15 finalistes parmi la pléthore de projets. Une seconde sélection déterminera les 3 lauréats de la seconde édition.

Soulignons également qu’après la désignation des lauréats de chaque pays,  un grand jury sélectionnera les trois grands gagnants pour le continent. Autrement dit, les projets des 3 lauréats des 40 pays africains participants seront confrontés pour en sortir les 3 meilleurs. Lors de la première édition, au niveau du continent le projet Gifted Mom avait été plébiscité.

Discrimination… positive 

Toujours au cours de la conférence de presse, M. POETSCHKE nous  apprendra que cette compétition fait aussi dans la discrimination positive. En effet, la nouveauté de l’année est l’attribution d’un label « coup de cœur féminin par pays » afin de « soutenir les femmes entrepreneures ». Notons que la que cette deuxième édition a une marraine. Il s’agit d’Aissata LAM de la jeune chambre de commerce de Mauritanie.

Récompense 

Qui dit concours dit prix et Challenge Startupper de l’année ne fait pas exception. Chaque gagnant remportera le label « Startupper de l’année par Total », bénéficiera d’une aide financière comprise entre 200 000 et 500 000 Ouguiyas (nouvelle monnaie) et d’un accompagnement professionnel. Ainsi donc au-delà de l’argent, Total mettra à disposition son carnet d’adresse et compétences managériales pour accompagner  les lauréats.

60 pays participants

«Le succès de la première édition limitée à 34 pays africains est tel, que le challenge est élargie à 60 pays » poursuit le DG de Total Mauritanie. La compétition dépasse maintenant les frontières du continent noir.  Ce, pour grand bonheur des milliers de jeunes dont les projets sont en gestation ou exsangue faute de soutien.

Deux flops?

Pour finir, rappelons que parmi les trois lauréats mauritaniens de la première édition, un seul a réussi à concrétiser son projet en entreprise. Les deux autres projets de Commercialisation du riz paddy porté par Pape Kandé Kamara et Internet Protocole TV RIM de Bocar Kane n’ont pas dépassé le stade de projet. Ils ont empoché les millions et puis c’est tout ! Pour éviter que cela se reproduise, la cagnotte sera versée par tranche aux nouveaux lauréats et non intégralement comme ce fut le cas lors de la première édition.

Une succès story

Lui il a tenu bon, il s’agit du jeune Diop Ibrahima, d’ailleurs présent dans la salle. Sa boite de production de madeleine emploi 7 personnes et a 150 points de vente sur Nouakchott. Il est distribué dans les boutiques et supermarchés de Nouakchott et a l’ambition de concurrencer les madeleines issues de l’étranger.

Déterminé à aller plus loin, Diop se projette vers l’avenir et vise les 500 points de vente à l’horizon 2020. Ceci augmentera naturellement son chiffre d’affaire et par la même, le nombre de ses employés. Comme quoi, un coup de pouce suffit à celui qui veut réellement entreprendre de voler de ses propres ailes.

Pour postuler ou accéder à plus d’informations, cliquez ici.