Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé dans la salle d'audience I au siège de la Cour pénale internationale à La Haye, Pays-Bas, le 15 janvier 2019 ©ICC-CPI
Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé dans la salle d'audience I au siège de la Cour pénale internationale à La Haye, Pays-Bas, le 15 janvier 2019 ©ICC-CPI

La chambre de première instance de la Cour Pénale Internationale, a prononcé l’acquittement de l’ancien Président ivoirien Laurent Gbagbo et son ex ministre de la jeunesse Charles Blé Goudé. L’information est tombée ce mardi 15 janvier à 11 heures. Ce verdict est accompagné par une injonction de libération immédiate des deux hommes forts du Front Populaire Ivoirien (FPI).

Laurent Gbagbo et son compagnon Charles Blé Goudé sont acquittés « de toutes les charges de crimes contre l’humanité prétendument perpétrés en Côte d’Ivoire en 2010 et 2011 » a prononcé le juge Président. A noter que la cour indiqué que le « Procureur pourrait demander que M. Gbagbo et/ou M. Blé Goudé soient maintenus en détention pour des raisons exceptionnelles ». Demain mercredi 16 janvier 2019, la chambre de première instance entendra les deux parties. Nous en sauront plus.

Le Procureur a été débouté. Il n’a pas été en mesure de démontrer qu’il y avait un « plan commun » pour maintenir Gbagbo à la Présidence « en application ou dans la poursuite de la politique d’un État ou d’une organisation ». De plus, le Procureur « n’a pas démontré que des discours publics de M. Gbagbo ou M. Blé Goudé auraient permis d’ordonner, solliciter ou encourager les crimes allégués ».

Décisions des juges

Les milliers de documents enregistrés en que éléments de preuves, 82 témoins du Bureau du Procureur entendus durant 231 jours d’audience n’ont pas suffit. Voilà la raison pour laquelle, les charges de crimes contre l’humanité (viol, meurtres et autres actes inhumains) ont été abandonnés. Ces crimes sont supposés avoir été commis durant la période post-électorale en Côte d’Ivoire (16 décembre 2010 – 12 avril 2011).

A noter que cette décision de la cour rappelle une autre. Il s’agit de l’acquittement et de la libération de Jean Pierre Bemba. L’ancien Vice Président du Congo vit aujourd’hui en Belgique. La CPI faut-il le rappeler a pour mission de « juger les individus responsables de génocide, de crimes de guerre, de crimes contre l’humanité et d’ agression ».