Nous nous acheminons à grands pas, vers la dixième édition du festival Assalamalekoum. En effet, le coup d’envoi du vaste programme sera donné demain, jeudi 29 juin 2017 à Nouakchott. A l’heure actuelle, le siège d’Assalamalekoum est en effervescence…

Il est 21h, nous sommes au siège d’Assalamalekoum Cultures, sis clinique Chiva de Nouakchott. Ici, ça bouge dans tous les sens. Journalistes, artistes et membres du staff se croisent et échangent pour que le festival débute sur de bonnes bases. Demain, ce sera le lancement du programme Nouakchott, Ville Africaine Créative d’Arterial Network.

Nouakchott ville africaine créative est un projet pluridisciplinaire dont l’objectif est de promouvoir la « facette créative et innovante » de la ville de Nouakchott, selon ses organisateurs. Initié par l’association Arterial Network dont le représentant en Mauritanie, n’est autre qu’Assalamalekoum Cultures, le projet vise à « réveiller la curiosité culturelle de la ville ».

Rencontre avec la presse, ce jeudi 28 juin – Crédit photo KANTE

Comme annoncé par les organisateurs, la dixième édition du festival Assalamalekoum  a une saveur spéciale. Dix ans, ce n’est pas dix jours comme dirait l’autre. La pression et la portée du challenge se lit sur les visages. Tout le monde a le téléphone vissé sur oreille et les yeux rivés sur un écran d’ordinateur.

Notons certains invités ont déjà déposer leurs valises à Nouakchott. C’est le cas de l’artiste et militant burkinabè Smockey Bambara. Smockey est connu pour ses chansons aux textes crus et son engagement civique au près du balai citoyen. D’autres artistes et personnes influentes du monde culturelle sont attendus, dans les premiers jours.