Suite à l’article publié par Le reflet et repris par Cridem à la date du 09/10/2018, portant sur le lancement de la deuxième édition du Challenge Startupper de l’année 2018, nous aimerions faire connaitre aux publics que le projet de commercialisation de Riz Paddy a belle et bien vu le jour. Il n’a été arrêté que sur l’année 2018 pour des raisons personnelles.

Contrairement à ce que dit l’article dans son passage ‘’ Pour finir, rappelons que parmi les trois lauréats mauritaniens de la première édition, un seul a réussi à concrétiser son projet en entreprise. Les deux autres projets de Commercialisation du riz paddy porté par Pape Kandé Kamara et Internet Protocole TV RIM de Bocar Kane n’ont pas dépassé le stade de projet. Ils ont empoché les millions et puis c’est tout !…’’,

Ces propos sont archi-faux ! L’intégralité du montant qui a été accordé pour le financement du projet de production et de commercialisation de riz paddy a servi d’achats de matériels agricoles, d’intrants et d’aménagement d’une partie du périmètre.

Le projet a été enregistré sous le numéro RC N° 93671/GU/14680/4257 et dénommé établissement Aya Alim Agro. Le compte bancaire du projet a été ouvert à Rosso à l’agence BMCI et il a été clôturé à ma demande récemment car ce dernier n’est plus mouvementé.

Le matériel agricole et les périmètres aménagés sont encore existants et en location, vous pouvez toujours venir vérifier de vous-même ou vous informer avant d’avancer des propos contradictoires qui risquent de nuire à votre crédibilité.

J’ai suivi toutes les directives et conseils suggérés par mon coach Khalil Mounir, photos du périmètre, de l’aménagement et du matériel d’irrigation à l’appui. Je l’envoyais de manière régulière un mail pour l’informer de la progression de l’activité (mails disponibles).

Si vous dites que le projet a connu une perte pendant la saison 2016, je vous dirais oui, j’ai subi une perte dû aux aléas naturels mais aller jusqu’à avancer des propos fallacieux, c’est fouler sur l’éthique et la déontologie journalistique.

Le rôle d’un journaliste est d’enquêter en recherchant la vérité, relater des sujets simples et vérifiables, informer le public avec minutie et honnêteté car L’intégrité professionnelle est la pierre angulaire de la crédibilité d’un journaliste.

Papa Kadé Camara
Startupper de l’année 2016
Projet Aya Alim Agro.
Contact : 49.51.23.13



 

MISE AU POINT DU SITE

Comme tout organe d’information qui se respecte, nous accédons aux droits de réponses lorsqu’ils sont formulés. Nous sommes heureux de vous donner la parole, ce d’autant plus que la dernière fois qu’on a entendu parler de vous (dans les médias) et de votre « entreprise » c’était lors de la remise des prix en 2016 !

Nous passons outre certains qualificatifs que vous avez utilisé et commentaires que nous jugeons déplacés dans votre texte et allons à l’essentiel. Voyons ensemble le contenu du paragraphe incriminé.

Rien inventé

C’est sur la base des propos du Directeur Général de Total Mauritanie, votre bailleur, Grégory POETSCHKE que nous avons écris ces lignes « parmi les trois lauréats mauritaniens de la première édition, un seul a réussi à concrétiser son projet en entreprise ». Ceci a été dit face caméras et en présence de la marraine de cette seconde édition et membre du jury de l’édition précédente. Il nous semble être une source digne de fois.

« On a eu beaucoup plus de mal à les suivre, à savoir exactement ce qu’ils faisaient », DG Total Mauritanie.

Parlant de votre projet et celui de Monsieur Kane, le patron de Total Mauritanie (votre bailleur) souligne au micro de notre organe «malheureusement on n’a pas eu de succès sur les deux autres projets », que vous aviez présenté « quelque chose qui semblait tenir la route et après dans la phase de réalisation, on a eu beaucoup plus de mal à les suivre, à savoir exactement ce qu’ils faisaient ».

Vous nous apprenez aujourd’hui que vous avez perdu en 2016 et clôturé votre compte et arrêté en 2018, votre bailleur lui dit ne pas savoir exactement ce que vous faisiez !

Pour conclure, Monsieur POETSCHKE dira « aujourd’hui le retour n’est pas positif sur ces deux entreprises… ces deux projets  je dirai parce qu’ils ne se sont pas concrétisés ». Et voilà, si votre propre bailleurs se rectifie lui même en utilisant le terme « entreprise »  lui préférant « projet »,  comment voulez vous que nous journalistes venus couvrir cette conférence de presse écrivions autre chose ?

Lire aussi >>> Total Mauritanie lance la 2e édition de Startupper de l’année

Ce n’est pas un hasard, si un seul lauréat (Dia Ibrahima) était présent dans la salle et cité dans le communiqué distribué aux médias. A bon entendeur, salut !

Amadou SY