La Mauritanie à l’instar d’autres pays du monde, a célébré la journée mondiale de l’environnement, ce lundi 5 juin 2017. Piloté par le Ministre de l’environnement et du Développement Durable, Amedi Camara, la cérémonie s’est déroulée au Pk17 sur l’axe Nouakchott-Rosso.

Cette année, le thème choisi est « rapprocher les gens de la nature », d’où le choix de ce lieu à la périphérie de la ville. Ce faisant l’écho du thème-slogan, Amédi Camara a invité l’assistance à « aller découvrir les paysages et la nature des milieux naturels, et d’apprécier leur beauté et leur importance ». Ce, pour « faire avancer l’appel pour protéger la terre que nous partageons ».

«Sans un environnement sain, impossible de mettre fin à la pauvreté et d’atteindre la prospérité. Nous avons tous un rôle à jouer pour protéger notre seule et unique maison: Utiliser moins de plastique, prendre moins la voiture, gaspiller moins de nourriture, développer ensemble notre sensibilité.» — ANTÓNIO GUTERRES, Secrétaire général de l’ONU

Une fois les allocutions finies, les participants à la cérémonie ont « planté des arbustes » avant de « visiter la pépinière relevant de l’Agence Nationale de la Muraille Verte ». Chaque année, cette pépinière est dotée « d’un million d’arbustes fructueux et forestiers » indique l’Agence Mauritanienne d’Informations.

 

Mais…

C’est un secret de polichinelle de dire que l’environnement est une question qui a la côte. On assiste à la naissance d’initiatives qui poussent comme des champignons, en faveur de l’environnement. Tout comme il y en a un bon paquet pour lutter contre « la pauvreté, le chômage », dont l’impact n’est pas toujours visible.

Ville poubelle

Depuis quelques années, Nouakchott et le reste du pays croulent littéralement sous les déchets. Malgré les milliards d’ouguiyas alloués au ramassage d’ordures, la capitale mauritanienne a toujours l’allure d’une ville poubelle. Les déchets jonchent les rues et répandent une odeur nauséabonde dans l’atmosphère.

Nul doute que de la survie de l’humanité dépend en grande partie, de la préservation de l’environnement. Mais un pays qui n’arrive pas à s’occuper de ses déchets ménagers, peut-il se targuer d’avoir à son actif de « grandes réalisations, conformément à la vision éclairée du Président de la République » concernant l’environnement?

Pour rappel, c’est en 1974 que la journée mondiale de l’environnement a été mise en place, par le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE). Cette année, c’est le Canada qui accueille les principales manifestations qui marqueront cette journée.