La finale de la coupe du président, programmée dimanche soir, ne s’est pas déroulée comme prévue. Le club de la capitale, FC Tevragh Zeina n’a pas fait le déplacement au stade Cheikha Boidiya où devait se tenir la rencontre. L’arbitre Lemghaivry Ali a donc constaté un forfait, FC Nouadhibou a été déclaré vainqueur. 

La confrontation tant attendue entre les deux gladiateurs de football mauritanien, n’a pas eu lieu. C’est 17 minutes après l’heure prévue pour le début du match, soit 23h17 minutes que le FC Tevragh Zeina a été déclaré forfait. Le trophée a été remis aux hommes de Yacoub Fall, par le Ministre de la Jeunesse et des Sports, Mohamed Djibril.

Dès 22 h, des bribes d’informations parvenues à la presse laissaient présager un « boycott » du FC Tevragh Zeina. Cela se confirmera une heure plus tard. TVZ brille par son absence. Pourtant, la fédération mauritanienne de football (FFRIM), semble surprise.

Surprise?

En effet dans communiqué, la FFRIM indique n’avoir « reçu aucune correspondance officielle, voire privée, du FC Tevragh-Zeïna au sujet d’un éventuel forfait », avant d’ajouter « ce qui a été pour le moins surprenant, car loin de répondre aux règles de déontologie et de convenance de la part d’un grand club censé être un exemple de professionnalisme et d’organisation ».

Routine…

Toujours concernant son texte-mise au point, la FFRIM considère ce forfait comme une confirmation « d’une volonté délibérée de sabotage de la part du club », arguant que « ses représentants ont assisté à la réunion technique habituelle d’avant-match, organisée dans la matinée ». Dans le même sens, le texte précise « qu’ils (FC Tevragh Zeina) n’ont à aucun moment, évoqué de manière implicite ou explicite, la probabilité de forfait ».

Sanction

Dès hier soir, les observateurs ont estimé que la sanction « ne sera autre q’une rétrogradation en division inférieur de Tevragh Zeina ». De son côté, la fédération est restée prudente en déclarant que « les commissions compétentes de la FFRIM statueront sur le cas et prendront les mesures qui s’imposent, en parfaite conformité avec la réglementation sportive ».

Dans cette histoire, le grand perdant est certainement le public. Aussi bien ceux qui ont fait le déplacement que les amoureux du football restés devant leurs écrans. Sur les réseaux sociaux, la pilule semble difficile à avaler. Naturellement, il y a des pour et des contres mais surtout beaucoup de déception.