La troisième édition du forum BTP a démarré ce mardi 23 janvier 2018. C’est dans les locaux de l’Institut Universitaire Professionnel de Nouakchott, que les travaux de ce forum axé l’employabilité des jeunes et le développement, se sont déroulés. La troisième organisé par le Bureau international du Travail, en collaboration avec le ministère de la formation professionnelle et des TICs, met en vedette le projet chantier-école arrivé à terme.

« Améliorer l’employabilité et renforcer les capacités du secteur privé », c’est sous ce slogan que le coup d’envoi de la troisième édition du forum BTP a été donné. Prenant la parole dans un amphithéâtre qui affiche complet, Federico Barroeta point focal du BIT en Mauritanie est revenu sur l’approche novatrice des chantier-école, qui vise à former et insérer un certain nombre de jeunes dans la vie active. Cette méthode permet de pallier à la formation classique et donne la possibilité aux jeunes de mettre les mains dans la patte. Allier pratique et théorie, voilà le secret.

Nouvelle approche

Toujours au cours de son mot, M. Barroeta a déclaré que le secteur du bâtiment est un grand pourvoyeur d’emploi mais souffre d’un déficit de qualifications » avant d’insister sur le fait que la nouvelle «politique de l’emploi en Mauritanie, soutenue par le BIT, permet de développer une approche de croissance et de réhabilitation dans les secteurs qui nécessitent une main-d’œuvre compétente et formée ».

Le projet chantier-école d’entretien routier qui arrive à terme, a permis la formation de 400 jeunes aux métiers du BTP et de l’entretien routier. Cette journée sera l’occasion de revenir en détails sur la vie et résultats de ce projet qui a pris fin en août 2017. En Mauritanie, le chômage et le sous emploi sont une réalité. C’est ce qui a poussé l’union européenne a financer divers projets exécutés par le BIT, en partenariat avec l’Etat mauritanien.

L’offre et compétence 

Absent de la cérémonie d’ouverture, le discours du Chef de la délégation de l’Union Européenne a été lu par M. Hans Christian Beaumond, Chef de la Coopération. Pour M. Giaccomo Durazzo, en matière d’emploi des jeunes, la Mauritanie devra relever deux défis majeurs. D’abord « celui de l’adéquation de son offre de formation technique et professionnelle en faveur des jeunes » et ensuite celui l’accompagnement et renforcement du secteur privé, en particulier celui du BTP ». Toujours selon le discours lu par M. Beaumond, le BTP, « est un des principaux vecteurs de création d’emplois durables, de richesse et de développement ».

Partenaire majeur du projet chantier-école et du forum BTP, le ministre  l’emploi, de la formation professionnelle et des TICs M. Sidna Ali Ould Mohamed Khouna, a souligné que son département croit aux potentialités d’emploi qu’offre le secteur du BTP. Au passage, le ministère a rappelé des mesures prises par le gouvernement, pour renforcer l’employabilité des jeunes. Pour le ministre, le contexte (construction du nouvel aéroport, route) est favorable pour promouvoir et accompagner le secteur.

PECOBAT

Puisqu’on parle du bâtiment, il est à noter que le BIT a lancé lors du précédent forum BTP, le projet PECOBAT. Depuis septembre 2016, le projet Pecobat suit le chemin du grand frère Chantier-école d’entretien routier,  en mettant cette fois-ci l’accent sur l’utilisation de la terre, comme matériau d’éco-construction. Selon le BIT, cette pratique (éco-construction) « s’inspire des leçons apprises dans le cours des activités du PPPT (Programme nationale de Promotion de la Pierre Taillée) en termes de formation, de main d´oeuvre et du développement du tissu entrepreneurial atour du dudit matériau ».

Ce forum faut-il le rappeler, est désormais un rendez vous annuel où jeunes (potentiels demandeurs d’emplois), entreprises du secteur public et privés se rencontrent pour échanger. Preuve que ce rendez-vous prend de l’ampleur, pas moins de trois ministres ont fait le déplacement pour la cérémonie d’ouverture. Rendez-vous est pris pour l’année prochaine.

La cérémonie en images