Vendredi 15 décembre 2017, le gouvernement réuni en conseil des ministres, a approuvé un projet de décret portant approbation d’une convention d’établissement entre la Mauritanie et Hôtel Wagadou. La société sénégalaise Hôtel Waghadou va donc investir 1,6 millions de dollars américains à Sélibaby, soit 598 300 millions d’Ouguiyas. La date de démarrage des travaux n’a pas été dévoilée. 

Capitale de la wilaya (région) du Guidimakha située à l’extrême sud de la Mauritanie, Sélibaby verra émerger un complexe touristique. Selon le communiqué du conseil des ministres, la réalisation et exploitation du dit complexe occasionnera « la création de 70 emplois dont 20 permanents ». Même si le communiqué ne le précise pas, le complexe touristique sera construit suivant le modèle d’un écolodge.

« Un écolodge est une infrastructure d’accueil, de 5 à 75 chambres, financièrement durable, construite dans un souci d’harmonie avec la nature et dont l’impact sur l’environnement est par conséquent minime. Il contribue à protéger les espaces environnants fragiles, implique les communautés locales et leur permet de générer des bénéfices, offre aux touristes une expérience interprétative et interactive, et s’avère propice à une communion spirituelle entre nature et culture. L’écolodge est pensé, conçu, construit et exploité en accord avec des principes environnementaux et sociaux responsables. »  Hitesh Metha, International Ecolodge Guidelines

La société sénégalaise Hôtel Wagadou est propriétaire d’un complexe hôtelier du même genre à Bakel, ville sénégalaise située non de Likseiba (Mauritanie). L’établissement qui a vu le jour en 2013, est construit « dans un souci d’harmonie avec la nature et dont l’impact sur l’environnement est par conséquent minime » indique t-on. Les semaines à venir nous en diront certainement plus.

Soulignons que le conseil des ministres a indiqué que la convention d’établissement entre la Mauritanie et la société Hôtel Wagadou intervient dans le cadre de la loi 2002-03 portant code d’investissements. Depuis 2012, les autorités mauritaniennes ont allégé les conditions d’investissements et de créations d’entreprises sur tout le territoire. Objectif, favoriser la création.

                                               Toute reprise doit faire mention                                                          de la source « LeReflet.NET » avec le lien original de l’article.