Depuis lundi 13 novembre 2017, l’Institut français de Mauritanie vit au rythme du numérique. A travers Novembre Numérique, l’IFM met avant les cultures numériques dans les formes ses plus diverses. Avec une programmation transdisciplinaire, les nouakchottois sont invités à explorer les technologies et usages qu’on en fait. C’est donc parti pour une semaine d’activités placées sous le sceau du numérique et de l’innovation.

Après « chemins numériques » de l’année dernière, « novembre numérique » prend place. Il s’agit d’un événement désormais annuel qu’organise l’Institut français et ses représentation à l’étranger, en Mauritanie notamment. Pour ce qui est de la Mauritanie, les activités se déclinent essentiellement en conférences, ateliers et cinéma autour du numérique et l’innovation.

C’est dans ce sens qu’une demie douzaine de jeunes, participent à l’atelier de V-Jay. Concept nouveau pour certains, le V-Jaying consiste à faire des mix de vidéos en temps réel et au rythme de la musique. Concrètement, il s’agit de l’utilisation de logiciels qui permettent de jouer avec de multiples sources visuelles (textes, 3d, photos, vidéos typographies….). L’atelier animé par le français et Vidéo Jockey Thomas Lampis, se déroule sur une semaine.

Lire aussi >>> Programmation Novembre Numérique à l’IFM

Les journalistes ont également eu une partition à jouer. En effet, une restitution de la formation sur le journalisme mobile s’est déroulée ce 14 novembre 2017, dans la salle de spectacle de l’Institut Français de Mauritanie. Deux heures durant, Slice Up (formateurs) et les 10 journalistes et blogueurs formés ont exposé leurs travaux.

L’utilisation des smarthphones pour faire des reportages, voilà le défi que viennent de relever Slice Up. Le smarthphone peut servir à autre chose que s’envoyer des messages sur whatsapp ou faire des selfies. Dans certaines situations, il est le seul outil qui permet de produire, traiter et diffuser du contenu dans un laps de temps à moindre coût.

Toujours au cours de cette restitution, les formateurs Nicolas Baillergeau, Richard Folly et Esla Miské ont présenté en avant première mondiale, la plateforme de vidéos géolocalisées. Outre le fait d’avoir accès au contenu de la vidéo, l’utilisateur peut en même temps géolocaliser l’endroit où la vidéo a été tourné. De la cartographie jumelée à la vidéo, innovant !

 

La journée du mardi 14 a été clôturée par une conférence placée sous le thème « La philosophie peut-elle encore se passer des sciences physiques ? ». Aminée par le physicien  et enseignant-chercheur à l’Ecole Centrale de Marseille Phillipe Dufourcq, a conférence a obligé l’assistance trouver des pistes ou répondre à la question-thème et au delà, ressortir une autre interrogation : Comment construire un nouveau système de savoirs qui soit susceptible de concilier toutes les pensées antérieurs, de Pythagore à Nietzsche et la révolution scientifique? La question reste posée.

© Copyright LeReflet.NET – Novembre 2017