L’Initiative pour la Transparence des Industries Extractives en Mauritanie (groupe multipartisme) dénommé Comité National ITIE ,  appuyée par la coopération allemande GIZ , a démarré ce 06 septembre 2017 à Nouadhibou, les travaux d’un atelier sur le renforcement des capacités de la société civile dans le domaine de l’industrie extractives et de sa représentativité au niveau de l’ITIE.

L’ITIE est un ensemble qui se veut comme outil de dialogue entre le gouvernement, les industries extractives et la société civile.

L’atelier a regroupé une trentaine de participants de haut niveau parmi les quelles des représentants de MAMKHAR. L’atelier a été présidé par le Wali Moucaid de Nouadhibou et animé par des expert nationaux, à savoir Hamada Sneiba du comité national ITIE , Baliou Coulibaly consultant expert en gestion des ressources, Mohamed Abdallahi Bellil expert et président de la coalition lutte contre la corruption, Sophie Girke représentante de la GIZ ainsi que d’autres cadres de la ville de Nouadhibou.

Ouverture de atelier de renforcement des capacités de la société civile dans les villes minière sur l’ITIE à Nouadhibou

Les échanges ont porté sur plusieurs aspects liés au fonctionnement de l’ITIE, notamment l’exploitation des données du rapport 2014, la nouvelle norme 2016, une analyse prospective du secteur des industries extractives en Mauritanie, ainsi que le rôle que peut jouer la société civile dans la transparence des revenus minier.

Pour rappel la Mauritanie a été designer pays conforme de l’ITIE depuis 2012 et a produit une dizaine de rapports annuel a ce jour selon le rapport 2014 sur les revenus des industries extractives .D’après La conciliation des flux de paiement par entreprise suite aux ajustements opérés, es écarts résiduels non conciliés sur les flux de paiement s’élèvent a 1396418857MRO (soit 1,11%des recettes des industries extractives de l’état).

Par conséquent, il est impératif que La Mauritanie cerne les facteurs de changement et d’inertie susceptibles d’avoir des influences sur l’avenir des industries extractives caractérisées par la faiblesse de leurs contributions à la croissance économique et sociale.

En effet, dans un esprit d’innovation, le comité national veut cerner les facteurs de changement pouvant influencer l’avenir des industries extractives à l’horizon 2020, tout en impliquant tout les acteurs pouvant apporter un impacte positif Pour assurer la qualité des résultats qui auront un impact positif non seulement sur le PIB mais aussi sur les conditions de vie des communautés.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
S'il vous plait, votre nom ici