Un nouvel élément a atterri dans le dossier de Wone Ousmane. L’ex directeur de l’Etablissement National de l’Entretien Routier (ENER) est accusé « de dissipation de 115 millions d’ouguiyas » a appris LeReflet.NET d’une source proche du dossier. Wone a été déposé en prison le 24 octobre 2017, pour « mauvaise gestion… ».

Ce jeudi 23 novembre 2017 marque le 29e jours de détention de Wone Ousmane. Et la situation de l’ex patron de l’ENER n’est guerre meilleure. En effet, selon nos sources le montant qu’on l’accuse d’avoir englouti est « passé de 23 à 115 millions ». Les mêmes sources indiquent que ce « rebondissement a eu lieu il y a deux semaines », loin des radars des médias.

Lire aussi >>>  Le directeur de l’ENER déposé en prison

Pour rappel, les ennuis de Wone Ousmane ont débuté un lundi matin. C’était le 16 octobre 2017. Ce jour là, il est interpellé par des limiers de la Brigade de Répression des Crimes économiques. Après une semaine d’investigations, il est conduit devant un juge d’instruction. Deux heures d’audience auront suffi au magistrat pour décider de le placer sous mandat de dépôt.

« Cette opération sera réalisée dans le respect des droits de tous les employés concernés et permettra à ATTM de pouvoir prendre en charge sa nouvelle mission de service public dans des conditions à même de garantir à son action la viabilité et la pérennité requises » extrait communiqué conseil des ministres du 19 octobre 2017.

Fusion-Absorption 

Soulignons par ailleurs que le gouvernement envisageait « une fusion-absorption » de l’ENER et la société des travaux publics ATTM. Mais depuis cette annonce faite le 19 octobre 2017 à l’issue d’un conseil des ministres, aucune information n’a filtrée sur l’adoption et exécution ou non de ce plan. Le conseil des ministres de ce jeudi 23 novembre 2017 permettra peut être de nous édifier à ce sujet.

Ingénieur routier, Wone Ousmane avait été nommé à la tête de l’ENER en mai 2015. Selon certains observateurs, il a hérité d’un établissement fortement endetté. Pour eux, il a servi de bouc émissaire dans la « faillite » de l’ENER. Les jours et semaines à venir nous en diront certainement plus.

                   Toute reprise partielle ou totale devra faire mention                                     de la source : LeReflet.NET avec le lien original de l’article.