Babacar Baye Ndiaye, Rédacteur en Chef de Cridem et Mahmoudi Saiboutt Directeur de Publication de Taqadoum ont été déférés ce mercredi 15 août 2018 devant un juge d’instruction du parquet de Nouakchott Ouest. Ils avaient été arrêtés le 8 août dernier, à la suite d’une plainte pour diffamation déposée par l’avocat Me Jemal Taleb Mohamed. Sur la toile, on crie au scandale et on demande leur libération.

L’instruction est officiellement finie, apprend-on. Les deux journalistes qui ont passé une semaine, en détention au Commissariat Spécial de Police Judiciaire de Nouakchott, sont au tribunal. Ils semblent sereins et bien portant, devant le hall d’attente de la Cour. Les heures à venir nous en diront plus.

En Mauritanie, la garde à vue dure 48h et est renouvelable une fois. Le week-end n’est pas comptabilisé. 

Notons que les jours qui ont suivi l’arrestation des journalistes, la Direction du site Cridem a fait des excuses publiques à l’avocat auteur de la plainte. La Direction reconnait « la reprise d’un article publié par un confrère, qui s’est avéré, après vérification et renseignements, contenir des informations erronées et des contrevérités.»

De son côté, le site Taqadoum rappelle ce mercredi 15 août 2018 qu’il « a repris un article, déjà publié par de nombreux sites nationaux, qui est toujours en ligne sur certains d’entre eux et que Taqadoum n’a pas produit. Ce qui signifie que la police ne s’est pas concentrée sur la source de départ de l’info, se contentant plutôt d’interroger Ould Saibout et Babacar Ndiaye ».

Depuis leur arrestation, des collègues, amis et familles ont manifesté pour leur libération. A cela s’ajoute les déclarations de partis politiques et des internautes. Ces multiples appels seront ils pris en compte? Nous en saurons plus tout à l’heure.