Le journaliste Ahmed Ould Cheikh a été interpellé par la police, ce mardi 29 août 2017. Selon des sources médiatiques, le patron de l’hebdomadaire Le Calame serait entendu à la brigade de répression des crimes économiques, à Nouakchott. Bien que le motif ne soit pas encore connu, tout porte à croire que, dans le cadre de l’enquête contre le sénateur Ould Ghadda. Ce dernier est accusé d’être impliqué dans « des crimes transfrontaliers ».

Rentré en Mauritanie tôt mardi matin, après un séjour en France, le journaliste connait le même sort que ses confrères de Cridem, Mauriweb et Le Quotidien de Nouakchott. Le Directeur de Publication du Calame avait échappé aux interpellations du vendredi 25 août. Ses confrères eux, avaient été interrogés sur la nature de leur relation avec Bouamatou, entre autres questions.

Sur la toile, l’on crie au scandale et s’interroge sur le nombre d’heures qu’il passera entre les mains de la police. En effet, les trois autres journalistes avaient été relâchés   t-on le même jour de leur interpellation. Les heures à venir nous en diront plus.

Pour rappel, le sénateur Ould Ghadda objet de l’enquête est en détention depuis le 11 août 2017. Une semaine après son arrestation, le parquet général informe que c’est sur la base « d’informations documentées » qu’il est écroué. Pour beaucoup, l’affaire Ghadda n’est que « pur acharnement ».

         Toute reprise de l'article, devra faire mention 
de la source (LeReflet.NET) avec le lien original de l'article.