Lundi 12 juin, l’Organisation Internationale du Travail(OIT) a commémoré, un peu partout dans le monde, la journée mondiale de lutte contre le travail des enfants. En Mauritanie, c’est au centre culturel de la Communauté Urbaine Nouakchott que l’événement s’est déroulé. « Dans les conflits et les catastrophes, protégeons les enfants du travail des enfants », c’est le thème retenu cette année.

La cérémonie a débuté avec les allocutions des secrétaires généraux des ministères de la fonction publique, du travail et la modernisation de l’administration, des affaires sociales, de l’enfance et de la famille. Puis ce fut le tour de Marc Ninerola, en remplacement du point focal Federico Barroeta  de prononcer le discours du BIT Mauritanie.

L’essentiel du discours

Marc Ninerola a mis l’accent sur l’état actuel du monde. Une situation, marquée par des « conflits et des catastrophes naturels» qui exposent autant d’enfants « à la traite et au travail des enfants ».

Ninerola a tenu à faire savoir que si «la Mauritanie est dans une zone épargnée par les fléaux, le phénomène du travail des enfants y prend de l’ampleur » avant de poursuivre « 37% des enfants sont concernés par le travail des enfants ».

Enfin, celui qui s’est substitué à Federico, à l’occasion, estime que la pauvreté est la source du travail des enfants. Ainsi lança-t-il un appel aux acteurs engagés dans la lutte contre le travail des enfants. Ce, « pour pérenniser et appuyer les actions du Plan d’Action National d’Elimination du Travail des Enfants, le PANETE RIM » dont les activités sont prévues jusqu’en 2020. Aussi, il recommande une « mise en œuvre des textes nationaux et les conventions ratifiées par la Mauritanie».

Sensibilisation et présentations

S’en est suivi une lecture des messages de sensibilisation par des enfants et d’importants exposés. Cheikh Thiam a présenté le projet d’Appui à l’Administration du Travail et  Dialogue Social et le travail des enfants dont il est le Coordinateur. Enfin, la sensibilisation a continué, toujours avec des enfants. Cette fois-ci, sous le signe de sketchs et poèmes qui ont émus l’auditoire. Tout cela s’est déroulé  entre 09 heures et 13 heures.

Associations présentes

A l’occasion, des associations engagées dans le social ont fait des expositions dans le hall du centre culturel. On pouvait y voir, hormis le BIT lui-même, l’Association Génération Motivée (AGM), le Lions Club International, Save the Children et l’Association des Femmes Chefs de Famille(AFCF).

Mise en place par l’Organisation Internationale du Travail en 2002, la journée mondiale de lutte contre le travail des enfants est célébrée chaque année. Pourtant, en Mauritanie, il n’est pas rare de voir des jeunes enfants privés d’éducation et qu’on fait travailler dur. Avec le peu qu’ils gagnent certains parents comptent arrondir les fins du mois.

A Nouakchott, l’exemple le plus frappant est l’enfant charretier, ramasseur d’ordures ou encore le jeune talibé au service de son maître coranique. L’OIT arrivera-t-il à renverser cette situation ? La question reste pour l’instant posée.

RETOUR EN IMAGES…