Il fait certainement partie des personnalités africaines du siècle. Lui, c’est Sembène Ousmane. L’autodidacte modèle et cinéaste hors pairs a quitté ce bas monde il y a dix ans. Aujourd’hui, il est célébré au delà des frontières sénégalaises.

Sembène Ousmane a eu plusieurs vies. Il fut pêcheur, tirailleur sénégalais, docker, écrivain et cinéaste entre autres. Né en 1923, il a tiré sa révérence le 9 juin 2007. Il avait 84 ans. Dix ans après sa disparition, son nom continue d’être évoqué, ses œuvres exposées et sa mémoire entretenue.

International 

Preuve de la dimension internationale du cinéaste, c’est dans plus de trente pays que des événements commémoratifs sont organisés. Autant d’activités pour revisiter les œuvres de l’africain dont l’engagement se reflète dans toutes ses productions.

Ghiphop

A Dakar, l’association Guediawaye Hip Hop (Ghiphop) a tenu à rendre hommage au doyen des cinéastes africains. Ce, à travers une projection du film Thiaroye 44 suivi d’un débat. L’activité aura lieu dimanche 11 juin à Ghiphop. Dans ce film, Sembène Ousmane met sous les projecteurs le traitement dégradant des tirailleurs sénégalais, au lendemain de la guerre mondiale.

Pour GHipHop, « Sembène Ousmane avant d’être cinéaste est d’abord un personnage qui a inspiré toute une génération, tout un peuple ».

Un modèle

L’association qui ajoute que Sembène est « le symbole d’une réussite entrepreneuriale, estime qu’il faut « montrer  ce genre d’exemples aux jeunes de la banlieue pour qu’ils sachent  que tout le monde peut s’en sortir dans son art sans pour autant avoir fait des études poussées ».

En effet, le cinéaste à la pipe était un autodidacte qui a réussi dans le cinéma, un métier très peu orthodoxe. On a tous en mémoire son chef d’oeuvre Les bouts de bois de Dieu. Ce roman est le symbole de son engagement et fait référence à la grève des cheminots de 1947. Une œuvre de référence enseignée aujourd’hui encore dans les écoles.